Navigation & Communication

Communiquer en raid (2ème partie) : la VHF ou la Radio Haute Fréquence

Il est vrai qu’avec 25 ou 65 watts de sortie face aux 4 watts de la CB, la VHF enterre carrément cette dernière. Un problème cependant et il est de taille : la VHF est strictement réglementée. En clair, elle est interdite si l’on ne satisfait pas à certains éléments légaux régis par les conventions internationales et la réglementation propre au pays dans lequel on se trouve…

 

IMG 0001 768 4

 

 

Licence et CRR.

 

radio vhf

Pour pouvoir utiliser pleinement une radio VHF, en France et dans la plupart des pays d’Europe, il faut posséder une licence de détention et un Certificat Restreint de Radiotéléphoniste (CRR). En l’absence de ces deux éléments, si vous vous servez d’une VHF pour communiquer en raid avec vos copains, vous êtes totalement hors la loi. La licence est gratuite. Il suffit de faire une demande écrite à l’ANFR (Agence Nationale de Fréquences) qui, par retour de courrier, vous enverra une licence, valable un an et tacitement reconductible. La licence vous permet de détenir la VHF mais pas de l’utiliser. Du moins, pas totalement : dans votre voiture, vous pouvez vous en servir pour écouter (micro débranché) mais pas pour émettre. Attention cependant : vous ne pouvez pas écouter tout ce que vous voulez ! Il ne faut surtout pas se balader sur les fréquences de l’Etat comme celles de la police, de l’armée, de l’aviation, de la marine ou d’autres organismes administratifs ayant un quelconque rapport avec la sécurité du territoire. Pour pourvoir émettre et par là même converser, il vous faut le CRR. Ce certificat s’obtient à l’issu d’un examen assez compliqué qui nécessite de bonnes connaissances dans divers domaines et qui s’effectue par l’intermédiaire d’organismes agréés. Ce n’est pas très onéreux mais c’est très contraignant. Dès lors que vous avez obtenu votre certificat de radio amateur, vous pouvez vous servir de votre VHF en toute quiétude à partir du moment où vous vous acquittez d’une taxe auprès du Ministère de l’Industrie et départements annexes. Il vous reste encore à respecter le plan de bandes attribué par l’ANFR. Cette administration gère le spectre des communications et attribue les fréquences en accord avec les directives de l’ITU (International Telecommunications Union) qui est la plus ancienne organisation internationale technique de coordination des télécommunications. Elle couvre l’Europe mais aussi la plupart des pays du globe dont le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie, la Turquie ainsi que plusieurs pays de l’ancien bloc de l’Est qui ne sont pas encore rentrés dans l’Union Européenne.

IMG 0006 300 3

L’étranger, parlons-en : contrairement à ce que l’on peut vous raconter sur une éventuelle tolérance, pour être dans la légalité, vous devez contacter les autorités des pays dans lesquels vous allez évoluer pour obtenir un indicatif personnel qui vous sera attribué pour une période donnée. Cela sousentend diverses formalités administratives et, bien sûr, le paiement de taxes plus ou moins onéreuses. Il est bien évident qu’une telle demande est tout à fait aléatoire : nombre de pays du Maghreb, du Proche ou du Moyen Orient n’acceptent pas la CB. Il y a donc de fortes chances qu’ils soient encore moins « compréhensifs » avec la VHF ! Quoi qu’il en soit, que votre demande soit reçue favorablement ou non, il ne faut pas vous attendre à une réponse rapide, d’où l’intérêt de lancer la procédure longtemps avant votre départ. Pour conclure, l’usage de la VHF est tellement réglementé (ou carrément interdit suivant les pays) qu’il est difficilement compatible avec le 4x4 à partir du moment, bien sûr, où l’on veut rester dans la plus stricte légalité…

 

 

 

 

Utilisation frauduleuse.

 

sécurté vhf

Lorsqu’on utilise une VHF sans précaution et en dépit de certaines règles très codifiées (que l’on acquiert avec le CRR ou avec le permis bateau), on peut causer toutes sortes de perturbations qui pourraient avoir des conséquences plus ou moins graves. Dans le meilleur des cas, vous ne gênerez « que » des radios amateurs. C’est un « moindre mal », si l’on peut dire, car leur activité n’est pas vitale et qu’elle n’influe en rien sur la sécurité de l’Etat. Il n’empêche que les radioamateurs sont réunis sous l’égide d’une fédération (REF – Union) qui n’apprécie pas trop qu’on vienne empiéter sur les (plates) bandes de ses adhérents, d’autant plus que ces derniers se soumettent à une éthique draconienne assortie d’adhésions, d’abonnements et de taxes multiples. Les radioamateurs, qu’ils modulent en VHF ou en UHF, utilisent des répéteurs terrestres. Ces répéteurs sont en fait de puissants relais qui permettent d’étendre la portée des stations de radio et de téléphonie. La fonction de ce type de relais est similaire à ceux de la télévision mais doublée par deux modulations de fréquences simultanées et distinctes, pour permettre les communications dans les deux sens (duplex). Les répéteurs sont placés sur des points hauts et couvrent même les zones cachées où les signaux sont les plus faibles (vallées encaissées, forêts, zones rurales, etc...). Un radioamateur utilisant un émetteur de faible puissance, peut déclencher le répéteur, bénéficiant ainsi d’une portée supérieure et généralement d’un meilleur signal. C’est dire l’importance de ces fameux relais sans lesquels on serait extrêmement limité pour converser sur de grandes distances. D’où l’intérêt de ne pas perturber un tel système. Or, sans le savoir, un utilisateur non averti pourra très bien émettre sur une fréquence d’entrée d’un relais. Dans ce cas, son signal (ou modulation) va entrer dans le relai qui va le retransmettre sur une autre fréquence et sur de grandes distances. En sortie du relai, il y a bien des chances pour que cet utilisateur soit entendu au loin par des radioamateurs, brouillant de ce fait d’éventuelles communications radio.

 

 

 

 

 

 

 

Les risques encourus.

IMG 0009 300 2

Sans connaitre la liste des relais avec leurs fréquences d’entrée et de sortie, il est impossible de savoir si on émet ou non sur la fréquence des relais. Ces relais, on l’a dit plus haut, servent à diverses entités dont certaines sont des organismes d’Etat. Si vous brouillez une communication de radioamateur, vous ne vous en tirerez pas trop mal. À moins qu’il y ait dépôt de plainte et qu’on vous localise. Si vous brouillez une radio ou une chaine de télé, ou encore un bataillon de pompiers ou un groupe de secouristes, les conséquences peuvent être très graves… et les sanctions aussi ! Le jugement passe au pénal et les amendes peuvent aller de 5 000 € à 30 000 € suivant les faits, hors dommages et intérêts. Quelques exemples de cas plus ou moins récents qui ont retenu notre attention : - 7 800 € d’amende (utilisation frauduleuse de VHF sans licence et CRR) plus 5 000 € de dommages et intérêts assortis d’une amende complémentaire du Ministère de l’Industrie de 450 € pour 3 possesseurs de 4x4 qui circulaient dans les landes et ont perturbé pendant tout un week-end les activités d’un comité des feux. - 6 000 € d’amende pour deux bergers qui ont perturbé pendant une demi-journée plusieurs équipes d’EDF lors de la pose de nouveaux pylônes dans le Jura. - 8 000 € d’amende pour deux camionneurs qui ont bloqué les transmissions de la Protection Civile dans le Var lors d’un entraînement de haut niveau. - 30 000 € d’amende et dommages et intérêts pour un groupe de 4x4 (encore) qui ont perturbé des opérations de sauvetage du CROSS Méditerranée dans le Var en utilisant leur VHF sur un terrain de trial. - En Catalogne, un groupe de 4x4 s’est fait arrêter sur la piste par les Forrestales qui ont fait ensuite appel à la Guardia Civil : saisie des appareils, 3 000 € d’amende par véhicule plus mise en fourrière de ce dernier et reconduite des passagers jusqu’à la frontière en taxi. - Au Portugal, une journée dans un poste de la GNR et 700 € d’amende par véhicule avec confiscation des VHF pour avoir perturbé une fréquence militaire. - Au Maroc, 2 jours de prison, confiscation des VHF et l’équivalent de 1 500 € d’amende pour des camping-cars qui ont perturbé le centre de secours en mer d’Agadir. Situation analogue du côté d’Erfoud ou l’assistance d’un groupe de quads s’est faîte contrôlée par l’armée. Malgré de longs palabres, ladite assistance, qui fonctionnait sans avoir satisfait aux exigences citées plus haut, s’est vu confisquer tous ces postes de VHF. Chaque utilisateur a dû payer une amende de 300 € et l’organisation a été condamnée à une amende de 4 000 €. Comme on peut le voir, l’emploi irraisonné (et frauduleux) d’une VHF peut avoir des conséquences diverses et variées. Il en va de même pour les sanctions qui donnent à réfléchir. Certains petits malins - il y en a toujours - sont, jusqu’à présent, toujours passés à travers les mailles du filet. Il faut quand même savoir que depuis septembre 2001, la VHF est de plus en plus surveillée. La Gendarmerie Nationale a même mis sur pied, dans chaque région, des unités spécialisées dans le contrôle des émissions radios et téléphoniques. Ces unités agissent parfois suite à un dépôt de plainte. Souvent elles interviennent lors de contrôles routiers ou pendant des campagnes de géo localisation. Résultat : plus de 7 000 personnes sont condamnées tous les ans pour utilisation frauduleuse d’un appareil de radio transmission, VHF et PMR confondus. En cas de contrôle, si vous vous baladez avec une VHF fixe, allumée et sans micro, en restant sur une bande autorisée, vous ne risquez rien à partir du moment où vous avez avec vous votre licence attribuée par l’ANFR. Cela dit, dans cette configuration précise, la VHF ne vous sert pas à grand-chose ! Si on vous prend avec une VHF installée en poste fixe, allumée ou non, avec micro branché, vous vous exposez à des poursuites (même si vous avez la licence de l’ANFR) à partir du moment où vous ne pouvez présenter votre certificat de radio amateur…

 

La VHF et le raid.

IMG 0012 300 2

Dans sa brochure de présentation, un organisateur 4x4 a écrit il y a quelques années que les organisations qui n’utilisaient pas la VHF n’étaient pas des organisations sérieuses. Prenant le pas de cet organisateur très « responsable » - et surtout très mal informé ! - d’autres organisations, pour ne pas être taxées d’incompétentes, se sont mises elles aussi à la VHF en la conseillant ou en l’imposant à leurs participants. Il faut savoir que n’importe quelle structure d’organisation d’évènements (sportifs, touristiques ou culturels) peut obtenir une bande de modulation, pour une période donnée et pour des raisons de sécurité. La démarche est payante, parfois longue et fastidieuse, mais en général elle aboutit, surtout lorsqu’on invoque des raisons de sécurité. Dans ce cas l’organisation peut utiliser la VHF, en interne, pour ses organisateurs. Cette autorisation ponctuelle et exceptionnelle ne concerne QUE l’organisation. Tous les participants externes à l’organisation doivent avoir fait la même démarche à titre individuel (voir plus haut) et bénéficier d’une licence et d’une bande attribuée. En clair, si vous partez sur un raid, en France ou à l’étranger, et que l’organisation vous conseille de vous équiper de VHF, vous avez deux possibilités : vous plier aux exigences légales du pays dans lequel vous allez évoluer (ce qui sous-entend licence, CRR et acquittement des taxes imposées par le pays) ou refuser simplement la VHF en évitant de vous mettre hors la loi. Vous pouvez bien sûr faire fi de ces conseils mais après, à vous d’en assumer les responsabilités. En ce qui concerne les responsabilités : vous êtes le premier en ligne de mire mais tout de suite derrière vous se trouvent celui qui vous a vendu la VHF et celui qui vous l’a conseillée ou imposée, à savoir l’organisateur…

 

La responsabilité du vendeur (ou du fabriquant).

IMG 0013 300

En France, il n’est pas interdit de vendre un appareil dont l’utilisation est réglementée. Par contre, le fabricant et le vendeur d’un tel appareil doivent informer par écrit leur clientèle que cet appareil est soumis à une législation stricte et particulière. Ces dernières années, de nombreux accessoiristes se sont lancés dans la vente de VHF en disant que cette dernière représente « la solution idéale de communication en raid 4x4 ». Que ce soit par écrit ou verbalement, Equip’raid et Nauticom, précisent bien que la VHF est réservée « au nautisme ou à l’exportation » en rajoutant que ce produit est « soumis à règlementation » reprenant ainsi la formulation imposée par les autorités et utilisée par certains fabricants comme, notamment, Président Electronics. D’autres accessoiristes restent dans le flou le plus artistique en continuant la désinformation. C’est ainsi que l’on voit apparaître sur le Net : « fréquence utilisable en France avec licence » et « fréquence utilisable hors France ». Texte lapidaire qui fait fi du CRR, des conventions internationales et de la réglementation spécifique à chaque pays. Chez certains revendeurs, on s’entend même dire que la VHF est autorisée ou tolérée au Maghreb ou dans les autres pays de l’Union Européenne. C’est ce genre d’argumentation erronée ou parfois carrément malhonnête qui induit en erreur le consommateur confiant et le place dans une situation irrégulière. Certains préparateurs plus ou moins « inféodés » à des organisations ont tendance à conseiller ou imposer la VHF à leurs clients en leur vantant les qualités de cette dernière mais sans leur parler des contraintes et des risques encourus. Ces préparateurs, qui sont parfois très compétents sur divers plans, devraient se renseigner un peu sur la législation en vigueur. Ils devraient aussi adopter une attitude plus professionnelle en évitant de mettre leurs clients en situation irrégulière. En cas de problème, le client est responsable du matériel qu’il utilise, c’est vrai, mais il peut aussi se retourner contre celui qui lui a vendu et installé un appareil à problème sans avertissement écrit…

 

La VHF dans le "désert".

IMG 0016 300 2

Lorsqu’on les interroge, organisateurs et revendeurs nous disent que les pays du Maghreb (pour ne citer qu’eux) sont très tolérants. C’était peut être vrai il y a encore 5 ou 6 ans. De nos jours, avec la montée du terrorisme qui, rappelons-le, touche tous les pays même ceux qui semblaient tranquilles, le contrôle des ondes s’est considérablement durci. D’autant plus que nombreuses services de sécurité arabes travaillent en étroite collaboration avec leurs homologues occidentaux disposant ainsi de techniques et de matériels de plus en plus performants. Pour certains pays, pas toujours très démocratiques, l’intrusion d’une VHF peut être considérée comme un acte d’espionnage. Cela peut coûter très cher d’autant plus que les prisons étrangères ne sont pas réputées pour être plus confortables que les nôtres. Au final, que vous soyez dans le désert ou sur la côte, vous risquez d’interférer à tout moment avec un organisme d’Etat. Suite aux nombreux bouleversements qui ont frappé le monde arabe ces derniers temps, même des pays conciliants et tolérants comme le Maroc, sont devenus très sensibles à tout ce qui pourrait, de près ou de loin, influer sur la sécurité ou la « tranquillité » du territoire.

 

A propos

HELIOS ORGANISATION,
Culture et Découverte
Une autre vison du 4×4

Impasse des Bancaous
13124 PEYPIN

Nos Horaires

Du lundi au samedi

  • 9h00 - 12h30
  • 14h30 - 19h00

Nous suivre sur facebook

Copyright © 2018 Helios Organisation - Une autre culture du 4X4 - Tous droits réservés

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris